Pili : la chimie verte au service de la couleur

Monday 13 June

Pili : la chimie verte au service de la couleur

La société Pili s'appuie sur des bactéries et la chimie verte afin de fabriquer, pour le textile, les peintures et les plastiques, des colorants plus respectueux de l'environnement. L'impact CO2 des colorants est souvent négligé dans le textile, les peintures ou l'emballage, alors qu'il représente de 10 à 50 % des émissions de carbone du cycle de vie d'un produit. Mondialement, ces émissions représentent 50 % de celles d'un pays comme la France, toutes origines confondues. Breveté, son processus de fabrication passe d'abord par de la fermentation, puis des étapes de chimie verte, dont la photocatalyse, moins gourmande en énergie que le pétrole, pour convertir ces molécules en colorants et en pigments. A Toulouse, les souches de bactéries sont sélectionnées en fonction de leur capacité à convertir plus efficacement en produits intermédiaires les sucres issus de la mélasse, de céréales, de bois et demain de déchets papetiers. Ces molécules sont ensuite transformées en colorants et pigments. L’entreprise envisage une baisse d'au moins 50 % des émissions de CO2 des colorants et pigments, et jusqu'à 80 % dans certains cas. Pili développe aujourd'hui à l'échelle industrielle un colorant indigo pour le textile. Les premières centaines de jeans produites avec ce colorant sortiront cette année. Nous travaillons à la fois pour l'Europe, l'Asie, le Moyen-Orient et l'Amérique. La construction d'un pilote débutera d'ici fin juin en région lyonnaise.

En savoir plus