Les emballages cosmétique durables

Mardi 5 avril

Tendances emballages cosmétique durables

Selon Eva Lagarde fondatrice de la société de conseil Re-Sources, 5 tendances sont à suivre dans le domaine des emballages cosmétiques :

1. Nouveaux matériaux durables

Issus de co-produits agricoles ou alimentaires (fruits de mer, champignons, noix de coco, bambou, canne à sucre, …), forestiers (bois, écorce, …) ou de déchets de céramique, de nouveaux matériaux envahissent l’univers de l’emballage. Ces matériaux sont intéressants pour leur côté innovant et l’aspect storytelling qu’ils apportent. Ainsi, The Shellworks a développé Vivomer, un matériau rigide, vegan, 100 % compostable élaboré à partir d’un polymère digéré par des microorganismes.Chanel utilise la pâte moulée à base de fibre de bambou et de bagasse de Knoll packaging et les bouchons fabriqués par le bio-composé de Sulapac (90 % de matériaux biosourcés dont 10 % de dérivés de Camélias).

2. La révolution des recharges

Il existe trois façons de mettre en place un modèle de recharge

  • Un double inventaire en magasin avec un emballage hôte et une cartouche de recharge. C’est ce qu’ont mis en place Tara Harper, l’Occitane, Fenty Beauty,
  • Dispositif de recharge en magasin avec des emballages vides à remplir (The body shop, Re, Mustela, …)
  • Mise en place d’abonnement avec envoi de recharges régulières chez les consommateurs (900.care, What Matters, Izzy, Wild, …). Dans cette formule, les marques peuvent envoyer des produits à réhydrater à domicile.

Avec l’interdiction des plastique à usage unique, d’autres initiatives verront le jour dans les années à venir. Les principaux challenges étant de modifier les comportements de consommation, mais surtout d’éviter les risques de contamination des produits.

3. La gestion de la fin de vie

Si aujourd’hui très peu d’emballages cosmétiques sont recyclés, avec les changements de réglementation et les attentes consommateurs, des actions commencent à être menées. Aux USA, Credo Beauty coopère avec Pact Collective, l’Occitane et Garnier avec TerraCycle. Terracycle collabore également avec les marques Gillette (Procter & Gamble), Signal (Unilever) et L'Oréal, et installe des bornes pour collecter et recycler les emballages des produits de beauté dans les 140 magasins Monoprix.

4. Papierisation et boisification

Le papier ou le carton fabriqué à partir de bois à l’avantage d’être facilement identifié « durable » par les consommateurs. Les solutions Pulpex, Paboco, Ecologic réduisent considérablement l’utilisation du plastique. Attention néanmoins, le papier vierge n’est pas toujours moins intensif en carbone que le papier recyclé si l’on tient compte de l’ensemble du cycle de vie. Par ailleurs, un papier recouvert de plus de 70 % de décoration métallisées pourrait ne pas être recyclé. Les capots en bois envahissent également les linéaires offrant un toucher sensoriel intéressant pour les consommateurs. Les bouteilles brevetées Pulpex issues de pulpe de bois de forêts certifiées FSC, recyclables, sans PET, avec une empreinte carbone 90 % plus faible que le verre et 30 % plus faible que le plastique 5.Beauté accessible En ligne avec les tendances beauté inclusive et diversité, la notion de beauté accessible émerge cette année, avec l’ambition de rendre tous les articles plus faciles à manipuler : bouchon moins serré, brosse plus facile à utiliser, instructions plus simples et plus lisibles Ainsi, Victorialand aux USA vient de lancer une routine beauté avec des symboles de lecture facilement identifiables pour les déficients visuels sans connaissance du braille.